Senegal: Participative Research on Agroecology

Published: February 11, 2020

Retrouvez la version française ci-dessous.

Agroecology is the trending topic when it comes to sustainable and effective solutions regarding Rural Development. That’s the reason why I would like to introduce you to this project about Participative Investigation on Agroecology in the Nioro du Rip Department in Senegal, which is still ongoing until the end of this year. I got together with our dear colleague Jasmin Thomas, Programme Coordinator of Senegal, and had a very interesting conversation about the project with her. In this post I am going to share with you what she told me.

What is the project all about? The main objective of the project is to achieve an effective contribution to strengthening the resilience of peasant farmers in the Peanut Basin of Central Senegal. The farmers are offered assistance through action research in order to facilitate and distribute techniques and practices of agroecology.

Women_Field

Soil Degradation and Climate Change

Soil degradation is a pressing problem on our planet. Every year around six million hectares of soil degrade globally. This results in a reduced productivity of the soils as well as in a reduced area of farm land. What makes this even more worrying is the fact that at the same time the population is rising and the number of people to be nourished is continously increasing. This is how the pressure on fields and grazing areas keeps building up and farmers see themselves forced to transform forests into farm lands.

While this is an issue on a globale scale, Senegal is severely affected. Farm and agricultural land is decreasing rapidly. Even though almost half of the population works in the primary sector, it only contributed 15,6% to the GDP in 2016. Peasants and family establishments represent 95% of all agricultural holdings. They mainly produce  peanuts, millet, maize, cowpeas, maniocs and pumpkin for subsistence.

Besides soil degradation farmers in Senegal also have to deal with the steady urbanisation, which again contributes to the reduction of agricultural land. Nutrient-poor soils and less ploughland result from wind and water erosion. The ever more visible consequences of climate change play a big part here as well: Rain periods are shorter, the time between rainfalls longer, precipitations are either too heavy or too low and draught periods and floodings become more frequent. As a consequence the desert is growing. The soil in the Nioro du Rip department is not very fertile, above all because of peanut monocropping that has been going on for decades.

Agroecological cultivation methods for grain farming are still very rare in Senegal. There are some research centres collaborating with the government, undertaking investigations in this field and working on programmes about agroecology and soil conservation. Up til now, they have, however, not generated the hoped for results. This undoubtably has to do with the projects not being run in a participatory manner with the farmers. Therefore, the good practices are barely applied by the population and there is very little to no trust in methods that neither work with chemical fertilisation nor with crop spraying.

Not only do these issues pose great difficulties for agricultural activities, but they also lead to rural exodus. An increasing number of young people is forced to leave their villages, since they can’t make a living from agriculture anymore.

Partner Organisation - SYMBIOSE

So what’s being done to face these challenges? SYMBIOSE is part of the solution. They are a local development organisation and Partner of HORIZONT3000 that focuses on local, decentralised structures for independent and sustainable development in the Nioro du Rip department. The organisation also played a big part in founding the umbrella organisation INTERPENC, a civic organisation that unites and represents farmer organisations. That’s the reason why they enjoy great authority among the population.

SYMBIOSE has promoted rice and vegetable cultivation in this region for years now. As a result the organisation holds an expert position in the country when it comes to the cultivation of rice through rain water. SYMBIOSE also works a lot with environmental protection – above all soil conservation for the construction of a resilient and integrated agriculture. These activities are backed up by their team of sociologists, agronomists and experts on environment and development.

Target Groups and Intervention Area

The area of intervention covers seven municipalities in the department of Nioro du Rip, which is located in the Kaolack Region in Central Senegal – the so called bassin arachidier (French for Peanut Basin). It got its name because of the monocropping of peanuts that was very common there for decades. This practice contributed to and accelerated the degradation and the exhaustion of the soil. However, only few farmers can afford to let their fields lie idle in order to support the regeneration of the soils.

Map_Koalack_PeanutBasin

The direct target group of the project are 700 producers – 350 of which are women. The indirect target group is made up of 5600 people (2912 women), who live in the households of the producers and all of the village’s habitants. Through the distribution of innovative and functioning technologies above all in the intervention area of our Partner Organisation SYMBIOSE, the umbrella organisation of the grassroots organisation INTERPENC and the other Partner Organisations of the Senegal Programme the project reaches even more people. Exchange visits and know-how-transfers help them to apply similar methods in their intervention areas. Moreover, some state services and institutions are part of the target group.

Project's Objective

The overall objective of the project is to make a contribution to strengthen the resilience of peasants in the Peanut Basin in Central Senegal. Peasants are being assisted throughout the project with action research in order to facilitate and distribute agroecological practices.

The project focuses on the methodology of action research and above all on the approach of field schools. The field schools provide the space and tools for peasants to try and evaluate the technologies of agroecology with millet, rice and maize – without having to worry about losing their entire produce. One of the main priorities is that peasants learn by themselves and develop critical capacities in order to find solutions to the problems of the local agriculture – as for instance soil degradation and infertility as well as the negative effects of climate change. The schools work closely together with the Agricultural Research Institute ISRA (Institut Sénégalais de Recherches Agricoles) and the Thiès National School of Agriculture ENSA (Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture de Thiès ).

The practices that work well for them are then introduced and applied on their farms and also promoted in nearby areas. The results of this should also positively affect the partners of the HORIZONT3000 Senegal Programme in other regions of Senegal.

Why Agroecology?

Agroecology can be a great alternative to conventional farming. It is essentially based on production systems using the functionalities offered by ecosystems in order to reduce environmental pressures and preserve natural resources. Agroecology requires more willpower than chemical farming because it favors an organic manure supply, soil treatment by microorganisms, the use of plants as bio-fertilizer and bio-pesticide, weeding by hand and rotation. This allows recycling of organic matter, water retention and contributes to the diversity of species present in the environment. Beyond its sustainability aspect, it contributes to the restoration of degraded land and, further, installs systems resilient to most disturbances. The agroecological approach revitalises socio-ecological systems, that is to say human systems in interrelation with natural systems. In its approach, agroecology integrates social and economic dimensions. And in rural areas, agroecology will serve as an engine for the development of vulnerable areas to guarantee food sovereignty for the populations.

Agroecological Methods - Zaï & Conservation Farming

Methode_Zai

The Zaï Technique for instance is an agroecological practice, traditionally African, which was formerly carried out by farmers with low means of productivity and land poor in organic matter. It is based on scientific findings and can constitute a solution for the restoration of soil fertility and the rehabilitation of the productivity of degraded land.

The technique consists of digging pockets 25 to 30cm in diameter to a depth of 25 to 30cm into the soil. It is done in staggered rows with a distance of 70 cm to 1m from pocket to pocket. The pockets get filled with 2kg of organic manure to a depth of 20 to 25cm. The remaining 5cm are covered with topsoil. The holes are watered over a period of 15 to 20 days to allow the water to settle and the organic matter to decompose. Finally, direct sowing or transplanting is carried out. After 3 to 5 years of exploitation, degraded lands recover their fertility thanks to microorganisms in search of organic residues.

The Zaï Technique requires availability of labor and organic matter and increases the added value of land productivity and agricultural yield. It is a solution that could be spread even beyond boarders to secure a healthy and sustainable future.

The process of Conservation Farming is very similar to the Zaï Technique. However, conservation farming consists in tracing furrows which are 10 cm wide and 15 cm deep. The spacings between the lines are generally between 60 centimeters and 1 meter. The organic manure is buried before the first rain. This technique allows good mineralisation of organic matter, which results in the rehabilitation of soil fertility. This technique is also beneficial in terms of moisture retention in the furrows.

Sénégal: Recherche participative sur l'agroécologie

L’agroécologie est le sujet tendance lorsqu’il s’agit de solutions durables et efficaces en matière de développement rural. C’est la raison pour laquelle je voudrais vous présenter ce projet sur  la recherche participative en agroécologie dans le département de Nioro du Rip au Sénégal, qui se poursuit jusqu’à la fin de cette année. Je me suis réunie avec notre chère  collègue Jasmin Thomas, coordinatrice de programme Sénégal, et j’ai eu une conversation très intéressante sur le projet avec elle. Dans ce post, je vais résumer et partager ce que j’en ai appris.

En quoi consiste le projet? Le principal objectif du projet est de contribuer efficacement au renforcement de la résilience des paysans du bassin arachide du centre du Sénégal. Les agriculteurs se voient offrir une assistance par le biais de la recherche-action afin de faciliter et de diffuser les techniques et pratiques de l’agroécologie.

Women_Field

Dégradation des sols et changement climatique

La dégradation des sols est un problème urgent sur notre planète. Chaque année, environ six millions d’hectares de sols se dégradent dans le monde. Il en résulte d’une part une productivité réduite des sols, d’autre part une superficie réduite de terres agricoles. Ce qui rend cela encore plus inquiétant, c’est le fait qu’en même temps la population augmente et le nombre de personnes à nourrir ne cesse d’augmenter. C’est ainsi que la pression sur les champs et les pâturages continue de s’accumuler et les agriculteurs se voient contraints de transformer les forêts en terres agricoles.

Bien qu’il s’agisse d’un problème à l’échelle globale, le Sénégal est gravement touché. Les terres arables et agricoles diminuent rapidement. Même si près de la moitié de la population travaille dans le secteur primaire, elle n’a contribué que 15,6% au PIB en 2016. Les paysans et les établissements familiaux représentent 95% de l’ensemble des exploitations agricoles. Ils produisent principalement des arachides, du millet, du maïs, du niébé, des maniocs et de la citrouille pour leur subsistance.

Outre la dégradation des sols, les agriculteurs du Sénégal doivent également faire face à l’urbanisation galopante , qui contribue à nouveau à la réduction des terres agricoles. Les sols pauvres en nutriments et , le fait de déboisement entrainant du coup une érosion hydrique et éolienne sans précédent.. Les conséquences de plus en plus visibles du changement climatique jouent un grand rôle ici. Les périodes de pluie sont plus courtes, l’écart entre les précipitations plus important, les précipitations sont soit trop fortes soit trop faibles et les périodes de fortes brises et les inondations deviennent plus fréquentes. En conséquence, le désert s’agrandit. Le sol du département de Nioro du Rip n’est pas très élevé et fertile, surtout à cause de la culture de l’arachide. Les méthodes de culture agroécologique pour la culture céréalière sont encore très rares au Sénégal. Certains centres de recherche  collaborant avec le gouvernement, entreprennent des recherches dans ce domaine et travaillent sur des programmes concernant l’agroécologie et la conservation des sols. Jusqu’à présent, ils n’ont cependant pas généré les résultats escomptés. Cela a sans doute à voir avec le fait que les projets ne sont pas menés de manière participative avec les agriculteurs. Par conséquent, les bonnes pratiques sont à peine appliquées par la population et il y a très peu ou pas de confiance dans les méthodes qui ne fonctionnent ni avec la fertilisation chimique ni avec la pulvérisation des cultures.

Non seulement ces problèmes posent de grandes difficultés pour les activités agricoles, mais ils entraînent également un exode rural. Un nombre croissant de jeunes sont obligés de quitter leurs villages, car la dégradation des sols progresse, les récoltes diminuent et ils ne peuvent plus vivre de l’agriculture.

Organisation partenaire - SYMBIOSE

Alors, que fait-on pour relever ces défis? SYMBIOSE fait partie de la solution. Ils sont une organisation de développement local et partenaire de HORIZONT3000 qui se concentre sur les structures locales et décentralisées pour un développement indépendant et durable dans le département de Nioro du Rip. L’organisation a également joué un grand rôle dans la fondation de l’organisation faîtière INTERPENC, une organisation civique qui unit et représente les organisations d’agriculteurs. C’est la raison pour laquelle ils jouissent d’une grande autorité au sein de la population.

SYMBIOSE fait la promotion de la culture du riz et des légumes dans cette région depuis des années. En conséquence, l’organisation détient une position d’expert dans le pays en ce qui concerne la culture du riz à travers l’eau de pluie. SYMBIOSE travaille également beaucoup pour la protection de l’environnement – avant tout la conservation des sols pour la construction d’une agriculture résiliente et intégrée. Ces activités sont appuyées par leur équipe de sociologues, agronomes et experts en environnement et développement.

Groupes cibles et zone d'intervention

La zone d’intervention couvre sept communes dans le département de Nioro du Rip, qui est situé dans la région de Kaolack au centre du Sénégal – ce qu’on appelle le bassin arachidier (français pour le bassin d’arachide). Il tire son nom de la monoculture d’arachides qui y était très courante depuis des décennies. Cette pratique a contribué et accéléré la dégradation et l’épuisement du sol. Cependant, seuls quelques agriculteurs peuvent se permettre de laisser leurs champs inutilisés afin de soutenir la régénération des sols.

Map_Koalack_PeanutBasin

Le groupe cible direct du projet est 700 producteurs – dont 350 femmes. Le groupe cible indirect est composé de 5600 personnes (2912 femmes), qui vivent dans les ménages des producteurs et de tous les habitants du village. Grâce à la diffusion de technologies innovantes et fonctionnelles surtout dans la zone d’intervention de notre Organisation Partenaire SYMBIOSE, l’organisation faîtière de l’organisation de base INTERPENC et des autres organisations partenaires du Programme Sénégal, le projet touche encore plus de personnes. Les visites d’échanges et les transferts de savoir-faire les aident à appliquer des méthodes similaires dans leurs zones d’intervention. En outre, certains services et institutions publics font partie du groupe cible.

Objectif du projet

L’objectif global du projet est de contribuer à renforcer la résilience des paysans du Bassin  Arachidier au centre du Sénégal. Les paysans sont accompagnés tout au long du projet par la recherche-action afin de faciliter et de diffuser les pratiques agroécologiques.

Le projet se concentre sur la méthodologie de la recherche-action et surtout sur l’approche champs-école . Les  champs écoles fournissent l’espace et les outils nécessaires aux paysans pour essayer d’évaluer les technologies de l’agroécologie. L’une des principales priorités est que les paysans apprennent par eux-mêmes et développent des capacités critiques afin de trouver des solutions aux problèmes de l’agriculture locale – comme par exemple la dégradation des sols et l’infertilité ainsi que les effets négatifs du changement climatique.  SYMBIOSE travaillent en étroite collaboration avec l’Institut de recherche agricole ISRA (Institut Sénégalais de Recherches Agricoles) et l’Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture de Thiès (ENSA).

Les méthodes participatives jouent un grand rôle dans ce projet de recherche orienté vers la pratique qui vise à fournir aux paysans un cadre où ils peuvent essayer et évaluer les méthodes et technologies agroécologiques avec le mil, le riz et le maïs – sans avoir à craindre de perdre la totalité de leurs produits.

Les pratiques qui fonctionnent bien pour eux sont ensuite introduites et appliquées dans leurs fermes et également promues dans les zones voisines. Les résultats devraient également affecter positivement les partenaires du programme Sénégal HORIZONT3000 dans d’autres régions du Sénégal.

Pourquoi l'agroécologie?

L’agroécologie peut être une excellente alternative à l’agriculture conventionnelle. Elle repose essentiellement sur des systèmes de production utilisant les fonctionnalités offertes par les écosystèmes afin de réduire les pressions environnementales et de préserver les ressources naturelles. L’agroécologie nécessite plus de volonté que l’agriculture chimique car elle favorise un apport en fumier organique, le travail du sol par des microorganismes, l’utilisation des plantes comme bio-fertilisant et bio-pesticide, le désherbage à la main et en rotation. Cela permet cependant de recycler la matière organique, de retenir l’eau et contribue à la diversité des espèces présentes dans l’environnement. Au-delà de son aspect de durabilité, il contribue à la restauration des terres dégradées et, en outre, installe des systèmes résistants à la plupart des perturbations. L’approche agroécologique revitalise les systèmes socio-écologiques, c’est-à-dire les systèmes humains en corrélation avec les systèmes naturels. Dans son approche, l’agroécologie intègre des dimensions sociales et économiques. Et dans les zones rurales, l’agroécologie servira de moteur au développement des zones vulnérables pour garantir la souveraineté alimentaire des populations.

Méthodes agroécologiques - Zaï et agriculture de conservation

La technique du Zaï, par exemple, est une pratique agroécologique, traditionnellement africaine, qui était auparavant pratiquée par des agriculteurs avec de faibles moyens de productivité et des terres pauvres en matière organique. Il est basé sur des découvertes scientifiques et peut constituer une solution pour la restauration de la fertilité des sols et la réhabilitation de la productivité des terres dégradées.

Pour mettre en pratique la méthode zaï, les opérations suivantes sont effectuées:

  • Trouaison de poquets de 25 à 30 centimètres de diamètre et de profondeur. Elle s’est faite en quinconce avec une interligne de 70 centimètres à 1 mètre et un écartement de 70 centimètres à 1 mètre.
  • L’amendement par le remplissage de 2 kg de bouse de vache mélangée avec 10 grammes de Top ferti (nématocide et fertilisant organique) et d’environ 180 grammes d’organova (engrais organique).
  • La terre arable décapée à la trouaison complète les 5 cm restant des trous.
  • L’arrosage des poquets sur une période de 15 à 20 jours pour permettre une bonne adhésion ou décomposition de la matière organique par les micro-organismes.
  • le semis direct ou la transplantation selon la spéculation.

La technique Zaï nécessite la disponibilité de main-d’œuvre et de matière organique et augmente la valeur ajoutée de la productivité des terres et du rendement agricole. C’est une solution qui pourrait s’étendre même au-delà des frontières pour assurer un avenir sain et durable.

Le processus d’agriculture de conservation est le même que celui de la technique Zaï. Cependant, l’agriculture de conservation consiste à tracer des sillons de 10 cm de large et 15 cm de profondeur. Les espacements entre les lignes sont généralement compris entre 60 centimètres et 1 mètre. Le fumier organique est localisé et enfoui avant la première pluie, ce qui est utile pour le semis. Cette technique permet une bonne minéralisation de la matière organique, ce qui se traduit par la réhabilitation de la fertilité des sols. Cette technique est également bénéfique en termes de rétention d’humidité dans les sillons.

Sarah Fichtinger

Sarah Fichtinger

Sarah is part of the Knowledge Management Team in Vienna and in charge of the KNOW-HOW3000 platform. She is eager to provide all the tools the KNOW-HOW3000 community hopes to find on the internet platform. So if you have any requests, questions, recommendations or comments regarding the platform, please get in touch with her. She is always happy to hear from you.

  Subscribe  
Notify of

with funding from